Sporty & boyish

Un short court + une blouse décolletée un brin transparente = regards lubriques assurés !
Aussi, pour éviter de virer too much, j’ai choisi de rester à plat. Pas avec mes habituelles bottines, mais avec des baskets. Ça, c’est pour le côté sportif.
Et pour le côté boyish, j’ai choisi ma veste Mango large à souhait.
Et paf ! Je t’ai bien cassé tout ce que cette tenue pouvait avoir de sexy.
Mais j’ai veillé à rester féminine avec un peu de rouge à lèvres et un bracelet bling bling avec des émeraudes colombiennes.

Veste Mango (automne 2012)
Blouse Zara (collection actuelle)
Short Zara TRF (automne 2012)
Baskets Blazer Nike
Bracelet H&M Trend (été 2012) (Haha ! Avoue que tu y as cru à mes émeraudes, hein !)

Petite confession du jour: ceci est ma toute première paire de Nike, aussi fou que cela puisse paraître. Il faut dire qu’au lycée (à mon époque), les Requins étaient à la mode… Alors que de mon côté, c’était plutôt Converse et Vans, et c’est encore vrai aujourd’hui.
Ce modèle me correspond plus. Et le fait de le voir et revoir partout m’a permis de m’habituer à ce logo assez peu discret.

Et de votre côté, comment vous y prenez-vous pour casser le côté trop sexy d’une tenue ?
Avez-vous des marques indétronables pour les baskets ?

De la théorie de la wishlist

Pour faire suite au dernier article, cette fois je vous montre une jupe Zara qui figurait là encore sur une wishlist. Alors oui, je joue un peu la facilité en créant des wishlists longues comme le bras et sans cesse renouvelées. J’y ajoute petit à petit tout ce qui a attiré mon œil et, au final, ça me laisse une très grande marge de manœuvre lors d’une séance shopping.
Je tiens à vous rassurer, je ne craque pas pour tout, tout le temps. Mais j’admets bien volontiers remplir parfois plus vite mon dressing que je ne le vide, ce qui n’est pas la bonne équation.

Étonnamment (ou non), lorsque je fais référence à ma wishlist, on y retrouve énormément de Zara (90%). Une légère addiction ? Oui, et pourtant je me souviens qu’à une époque j’avais promis que j’achèterais moins chez eux. Échec total, Zara c’est plus fort que toi.
Petite victoire néanmoins, j’ai réussi à le boycotter en partie pour les manteaux (une chance sur deux de croiser le même dans la rue) et les pulls (merdiques au possible, à moins qu’ils se soient améliorés depuis).

Voici mon mode opératoire wishlist –> passage à l’acte:

1°/ Repérages:
Généralement, pour les fringues de la collection actuelle, je repère d’abord sur l’eshop (mis à jour le lundi et le vendredi pour les nouveautés si je ne m’abuse). J’achète en ligne si jamais je ne trouve pas en vrai.

2°/ Essayages:
Ensuite, je me rends en boutique pour voir et tâter la chose et pour l’essayer. Et c’est rare que je reparte avec dès la première fois.

3°/ Réflexion:
Je me laisse un petit temps de réflexion d’au moins une semaine. C’est le temps qu’il m’est nécessaire pour savoir si un truc repéré m’obsède vraiment. Il peut aussi tomber dans l’oubli. Parfois, je vous gratifie d’un petit article « cabine d’essayages » pour récolter vos avis.

Toutefois, il ne faut pas laisser un temps trop long s’écouler car nous connaissons toutes le risque avec Zara, et c’est là qu’ils sont si doués: la peur du fatidique « sold out ». La veste/paire de chaussures/jupe qui nous plaisait tant est épuisée, introuvable, s’est vendue comme des petits pains et se retrouve maintenant au double de son prix sur eBay.

Ma théorie pour Zara est de ne pas attendre plus d’un mois (1 mois et demi max) pour les pièces plébiscitées. Comment deviner que telle ou telle pièce va connaître un succès? Il suffit d’observer. J’ai mes méthodes, dites-moi ce que vous en pensez :)

Observer tout d’abord en magasin, un jour d’affluence. Si une pièce plaît, vous pouvez la retrouver dans les bras de plusieurs potentielles acheteuses qui vont soit passer en cabine soit directement en caisse. Il peut aussi s’agir d’une fringue qui est apparue sur le site depuis peu (une ou deux semaines) et qui se retrouve en magasin mais plus dans toutes les tailles. Alors oui, il y a du réassort évidemment. Mais c’est déjà un bon indice.

Observer ensuite sur Internet. Le site de Zara lui-même regorge de signes: un article est « back soon » ou une taille est déjà totalement épuisée; le lookbook du mois est une grande source d’inspiration pour les clients qui pourraient potentiellement acheter les pièces présentées; la rubrique People où des blogueurs/ses sont sapés en quasi total look Zara (source d’inspiration, encore).
En parlant des blogueuses, Zara est omniprésent sur les blogs mode, cela ne vous aura pas échappé. On retrouve donc parfois la même pièce un peu partout. Il ne s’agit pas de suivre la tendance à tout prix (le moutonnage). Mais si le vêtement vous plaît et que vous l’avez déjà croisé sur plusieurs blogs, n’hésitez plus trop longtemps. Si ça a plu aux blogueuses, ça peut plaire à plein d’autres personnes.
Enfin, il ne faut pas négliger tous les autres médias sociaux qui forment au final un extraordinaire vecteur d’information. Si quelque chose plaît, ça se partage vite, très vite même.

Perfecto Zara (ancienne collection)
Tee-shirt matelassé ASOS
Jupe Zara (collection actuelle)
Bottines Zara (automne 2012)

Mon perfecto date de 2009, c’est mon tout premier perfecto en cuir. Je n’étais pas encore blogueuse, je l’avais acheté parce qu’il me plaisait et non parce que j’avais été influencée. Plus tard, j’ai vu qu’il était assez recherché. J’ai trouvé ça plutôt marrant.
Mes bottines, quant à elles, sont issues de tout ce processus décrit plus haut. Croisées à de nombreuses reprises sur des blogs, je n’étais pas la seule sur ce coup là. Introuvables, hormis à des prix prohibitifs sur eBay ou des vides dressing, j’ai eu l’incroyable chance de les retrouver très bien soldées en janvier.
Le tee shirt matelassé, je l’ai croisé sur les blogs des copines: Simone et  Clémentine.
Enfin la jupe, la fameuse de ma wishlist,  qui sait si finalement elle sera plébiscitée. Il se peut aussi qu’elle fasse un flop et qu’elle se retrouve soldée à 9€ au mois de juillet. L’avenir nous le dira. Si toutefois elle vous plaisait, je vous conseille de la prendre une taille en dessous.

Bravo si vous avez réussi à lire tout ce pavé aussi indigeste que superficiel (blog mode je suis, blog mode je reste). Et à vous de me dire maintenant votre façon de procéder: wishlist ou coups de cœur ? Zara ou anti-Zara ? Des techniques pour repérer quelle pièce va cartonner ? Suivez-vous les tendances des blogs ?

New in : les ballerines Kenzo

Je me confesse, j’ai craqué suite à ma précédente wishlist. Voici déjà plus d’une semaine que ces petites merveilles sont arrivées chez moi. Je pensais pouvoir vous les montrer avec une tenue mais la météo peu clémente ne m’a pas incitée à le faire. Alors, plutôt que d’attendre trop longtemps l’arrivée des beaux jours , voici une brève présentation de mes précieuses: les ballerines Brenda de Kenzo.

Je n’avais pas succombé au fameux sweat aussi onéreux qu’introuvable, lui préférant un ersatz bon marché et moins coloré.
Mais ces ballerines, bien qu’originales, me semblaient plus simples à dompter que le sweat. Elles sont un chouïa plus discrètes en réalité. Enfin… C’est relatif. Disons qu’en comparaison du sweat Kenzo, oui, elles sont discrètes.

Ballerines Brenda Kenzo - Hervine photo IMG_0736.jpg photo ebf52156-77b4-48dc-a1ed-17642e855c50.jpg

 

Ballerines Brenda de Kenzo, en partenariat avec Spartoo.

Vivement les beaux jours pour les avoir enfin à mes pieds :D